// La Robe de Davide n’existe pas //
J’abandonne mes robes dans la campagne Française. Les robes que j’ai aimé porter avec les hommes… de ma vie… Et Suzanne aussi…
I leave my dresses in the French countryside.The dresses I liked to wear with the men… of my life… And Suzanne also
10 photographies argentiques GF, tirages sur papier métal, Dibond noir numérotés sur 7 ex + EA
27 photographies argentiques PF, tirages sur papier métal et papier Baryté numérotés sur 15 ex + EA

 

Livre disponible aux Editions Onestar Press

lachaud

Comme si le vent avait soulevé un morceau de corps pour le déposer et l’oublier dans la nature, E.Lachaud a « abandonné dans la nature » ses fragments de mémoire… C’est face à cet abandon que se joue le temps et le paysage de « la Robe de Davide n’existe pas ». C’est la peur de reconnaître, de savoir et surtout de sentir que face à ces images des faits magiques ou tragiques et sans retour, se sont perdus à jamais, … On est face à une sorte d’abandon du souvenir, le sien peut-être, pour basculer dans une mémoire toujours déplacée, interprétée, déformée par notre regard qui tombe dans le sens ambiguë d’un morceau de tissu comme un morceau de peau laissé là,…trace dérangeante… E.L abandonne une partie de sa propre peau dans l’oubli d’un seul souvenir pour garder la mémoire de son propre mouvement… Dans les images des vêtements laissés à leur propre destin, on est en plein voyage épidermique…encore une fois on est dans un mouvement qui se change, qui change sa propre peau…celle de l’artiste et la nôtre aussi.
Davide Napoli

Vidéo NO(ble), mon petit manteau bleu 

Residency Tainan

Commandes / Reportages

Waiting for the miracle

Taxis Chromobiles

Iceland

Taxis 08 édition $4,10

Aqualand